Tommy Desbiens

Entrevue

Qui est Tommy Desbiens?
Haha drôle de question, juste un gars de la Côte-Nord bien normal qui s’entraîne avec passion depuis plusieurs années.
Tu as combien d’années d’expérience en entrainement et pour quelles raisons as-tu commencé ?
Je m’entraîne depuis l’âge de 16 ans, à cet âge je m’entrainais surtout en plyométrie pour avoir une meilleure explosion au niveau des jambes car je compétitionnais au niveau mondial en raquetball (2 médailles au championnat mondial au Mexique en 2003). Ensuite j’ai convergé vers le powerlifting que j’ai pratiqué pendant près de 3 ans et ensuite vue mes gains de masse j’ai décidé d’entreprendre le bodybuilding.
Qu’est-ce qui t’a mené à vouloir devenir culturiste ?
Youtube haha, c’est la faute de Youtube! J’ai écouté plusieurs vidéos de Ronnie Coleman, Kevin Levrone, Jay Cutler et je voulais avoir cette shape-la, mais surtout je voulais sortir de ma zone de confort et faire quelque chose qui allait demander le meilleur de moi-même.
Quelle est ta motivation en tant qu’athlète et pourquoi ?
Je cherche à repousser mes limites, de compétition en compétition je veux m’améliorer et j’aspire à monter les échelons un par un pour arriver à passer pro d’ici quelques années.
Quelle est ta plus grande force en matière d’entrainement ?
Je crois que ma plus grande force est ma capacité à pousser à travers la douleur à l’entrainement. C’est de cette manière que j’ai réussi à obtenir des gains solides depuis quelques mois seulement. No pain, no gain.
On voit clairement que tes épaules et tes pectoraux sont de gros points forts très dominant, qu’est-ce a été le plus bénéfique pour toi comme entrainement pour te construire de telles armes ?
Mon background en powerlifting m’a surement aidé, mais j’ai aussi continué à mettre l’accent sur ma force au bench ces dernières années, je teste mes limites constamment pour savoir où j’en suis avec ma force. Pour mes épaules, j’ai obtenu cette rondeur avec différentes combinaisons d’élévations latérales, en variant les angles et les outils (câbles, dumbbell, etc) et bien sûr en poussant à travers la douleur à chaque série.
Peux-tu décrire tes points faibles que tu aimerais améliorer ?

Ma largeur au niveau des grands dorsaux et mes ischio-jambiers sont 2 points sur lesquels je m’acharne sérieusement présentement.

Pour tes compétitions, tu es préparé par l’entraineur et propriétaire de l’entreprise BNI, André Longchamp.

Est-ce que tu peux donner tes impressions sur le travail que tu fais avec lui ?

André travaille de manière instinctive mais aussi très méthodique. Depuis le début il a été un guide et un point de repère important dans ma préparation. C’est un passionné armé de beaucoup d’années d’expérience. Je suis ce qu’il me dit à la lettre depuis le début, on travaille beaucoup sur mon dos et mes ischio-jambiers présentement en vue du prochain championnat provincial en 2014.

Est-ce que tu peux nous parler de ton parcours, des compétitions dans lesquelles tu as participé ainsi que tes meilleurs moments ?

J’ai commencé en novembre 2012 ma première préparation en vue de faire Québec open en avril 2013. 4 mois de préparation, j’ai remporté la 1ere place dans les seniors moyens, ce fût un très bon moment de goûter à la victoire dès ma première tentative. Ensuite avec mon coach on a décidé d’y aller toute suite pour le provincial 3 mois plus tard, le calibre était énorme mais je suis arrivé un peu moins sec qu’a Québec open, mais j’ai vécu une expérience tout aussi enrichissante. Le soutien et les échanges backstage avec les autres gars ont été vraiment appréciés. Il y a de très bonnes personnes dans ce milieu. Mon meilleur moment fût bien sûr de soulever le plus gros trophée à Québec open.

Qui sont les gens dans le domaine de l’entrainement t’ayant le plus influencé / inspiré / motivé et pourquoi ?

Vincent Comptois m’a beaucoup influencé, j’aimais sa manière d’expliquer des choses lors des formations de certification coach export. Et tout récemment au championnat provincial, Wil White m’a beaucoup inspiré. J’étais backstage quand je l’ai vue poser au pré-jugement à coté de 5 autres gars, il faisait un double biceps de dos et il criait aux autres gars : Come on les boys ! Everything ! Ça m’a marqué cette manière d’être avec les autres gars, il a un bon esprit. Il a terminé 1er aussi et j’étais content pour lui.

Qu’est-ce que le culturisme t’apporte dans ta vie de tous les jours ?

Ça me donnes l’occasion de grandir, c’est LE sport le plus exigeant alors tout doit s’améliorer dans ton quotidien : tu dois vivres en fonction de tes objectifs et dans mon cas si je veux passer pro rapidement je dois bien manger, bien m’entrainer et bien dormir. Le travail que ça exige au quotidien est énorme, mais extrêmement gratifiant quand on voit les résultats apparaitre dans le miroir.

Quel type d’entraînement, de nutrition et de supplémentation t’a apporté les meilleurs résultats pour un objectif de perte de gras ?

Pour moi le cardio à jeun fonctionne bien, marche rapide avec inclinaison de 5%. Couper les glucides évidemment et pour optimiser les résultats j’utilise le fat burner Fire Cut de BNI.

Quel type d’entraînement, de nutrition et de supplémentation t’a apporté les meilleurs résultats pour un objectif de prise de masse musculaire ?

Je commence toujours mes entrainements lourds avec les exercices de base par exemple pour les pectoraux, 6 séries de 6-8 au bench press et au dumbell press incliné. Ensuite je monte les répétitions à environ 10-12 pour les exercices de finitions et je termine souvent en brulant le muscle complètement avec 3-4 séries de 30 reps sur une machine. C’est avec ces paramètres que j’ai les meilleurs résultats. La diète est plus qu’importante lors de l’entrainement, j’ai donc 6 repas par jours, pour des gains de masse beaucoup de glucides au moins 300g par jour. Pre-workout au besoin, Omega3, multivitamines glutamine.

Quel est ton supplément préféré de BNI et pourquoi ?

Le Devil’s Booster 2.0 sans hésitation, parce qu’il est efficace et il donne surtout de la concentration, j’en prends parfois au travail et ça m’aide à finir la journée.

Qu’est-ce qui t’a mené à vouloir devenir un entraineur et qu’est-ce que cela t’apporte personnellement ?

La manière de verbaliser l’entrainement de Vincent Comptois me donnait envie de faire comme lui et de transmettre ma passion. J’aime aider les autres à tirer le meilleur d’eux-mêmes, au gym comme dans la vie.

Comment les gens autour de toi réagissent au fait que tu t’entraînes et face à tout cet investissement que tu fais pour cette passion ?

Plutôt bien, c’est sûr que je ne vois plus ma famille et mes amis bien souvent mais c’est un des nombreux sacrifices à faire pour arriver à monter les échelons dans ce milieu. Mes vrais amis et ma famille comprennent que ça me rend heureux et si ça me rend heureux, ça les rend heureux eux aussi.

Avec tout le sacrifice que cela représente, comment arrives-tu à bien gérer cette passion et ta vie familiale ?

J’ai la chance de partager ma vie avec une femme exceptionnelle qui comprend ce que je fais, car elle aussi, elle faite de la compétition et fait partie de l’équipe BNI. À deux on surmonte les obstacles plus facilement et on se supporte mutuellement. On se complète bien, elle et moi et les enfants, on est tous très heureux ensemble !

Est-ce que tu écoutes de la musique pendant tes séances entrainements ?

Oui, du métal au fond toujours avec des groupes comme Metallica, Five Finger Death Punch, Avenged Sevenfold, Godsmack, Saliva…, impossible d’entretenir une conversation, désolé… Je m’entraine en solo alors avec mes gros écouteurs dre beats je suis tranquille haha.

Quels sont tes objectifs dans ta carrière que tu voudrais réaliser ?

Je voudrais bien monter au sein de l’entreprise pour laquelle je travaille présentement. Mais les opportunités sont minces à Hydro-Québec présentement. Sinon j’aimerais bien réussir à vivre de ma passion, je travaille fort, on sait jamais…

Pour terminer, as-tu un message pour les lecteurs qui visitent le site web de BNI?

L’entrainement demande beaucoup de temps et d’efforts, mais il faut se rappeler qu’il y a des moyens pour s’aider, comme de travailler avec un entraineur expérimenté, suivre une diète sans tricher, dormir suffisamment et utiliser les bons suppléments comme ceux de Beast Nutrition qui vont optimiser les résultats lors de l’entrainement ou de la récupération.

Vous pouvez me suivre sur Facebook @Tommy Desbiens instagram @thekidfrombc.

Believe and achieve.